Comment concilier expatriation et carrière du conjoint ?

Comment concilier expatriation et carrière du conjoint ?

En 2019, ExpatCommunication a lancé sa 3ème grande enquête auprès des expatriés dans le monde [1]. Un chiffre en particulier a attiré mon attention : dans 90 % des cas, c’est l’homme qui est muté à l’étranger et la femme qui suit. Les conjoints dits « suiveurs » sont donc des femmes, des femmes pleines de courage pour avoir osé partir ainsi et suivre leurs conjoints au bout du monde. On ne le dira jamais assez, mais BRAVO ! Bravo à toutes ces femmes qui ont eu l’audace de tout quitter : famille, travail et confort, pour vivre cette incroyable aventure qu’est l’expatriation en famille. Or, accepter de partir ne veut pas dire renoncer à tout. Nous, femmes expatriées du XXIe siècle, sommes très exigeantes. Nous sommes cette génération qui souhaite tout avoir : une belle et magnifique famille, une vie atypique, des amis aux quatre coins du monde et une carrière professionnelle. Or, l’installation à l’étranger rebat les cartes de nos vies. Comment concilier expatriation et carrière du conjoint ? J’ai la solution : en devenant entrepreneure ! Je vous explique tout dans cet article.

Quelle solution professionnelle pour les conjoints expatriés ?

Un constat de départ peu engageant

La plupart des conjoints expatriés ont un niveau d’études élevé, sont diplômés et parlent plusieurs langues. Pourtant, poursuivre leur carrière professionnelle à l’étranger est réellement compliqué. Aussi talentueux, ambitieux et chanceux qu’il soit, le conjoint d’expat se retrouve face à un dilemme : comment poursuivre sa carrière quand :

  • on ne peut pas travailler dans tous les pays de résidence à cause de visas restrictifs ;
  • on a du mal à accéder au marché de l’emploi en raison de la barrière de la langue ;
  • on a un diplôme qui n’est pas reconnu dans le pays d’accueil ;
  • on déménage tous les trois ans ;
  • etc. ?

Toutes ces situations pouvant être cumulées entre elles… un vrai défi !

La bonne nouvelle, c’est que j’ai la solution pour concilier vie à l’étranger et vie professionnelle :

Devenir entrepreneure pour concilier expatriation et carrière du conjoint

J’ai été dans cette impasse professionnelle il y a quelques années. Après dix ans à déménager, démissionner et changer de poste tous les trois ans, j’en ai eu assez. Je me suis alors demandé : qu’est-ce qu’il me manque aujourd’hui pour m’épanouir professionnellement ? Ma réflexion et mon expérience personnelle m’ont amenée à cette conclusion, qui en fin de compte est apparue comme une évidence : la liberté professionnelle !

J’ai ce besoin d’être libre professionnellement, d’être maître de ma carrière. Avoir mon espace, mon territoire de jeux, où je pourrais exercer mon métier, ma passion, mon talent et être indépendante financièrement. La solution s’est donc imposée : devenir indépendante !

J’aspirais à pouvoir enfin ôter cette étiquette de « Femme de… », « Maman de… ». Je voulais lancer ma propre carrière nomade pour pouvoir travailler de n’importe où, peu importe la prochaine destination. Mon objectif : ne plus être obligée de tout recommencer à chaque déménagement. Mon but ultime était (et est toujours !) de concilier l’expatriation avec mes aspirations professionnelles. Pouvoir profiter de ma vie à l’étranger, passer du temps de qualité avec ma famille, tout en continuant à travailler.

Et je l’ai fait ! je me suis lancée à mon compte et c’est la meilleure décision professionnelle que j’ai jamais prise ! Pour en savoir plus sur mon cheminement, je vous raconte mon déclic vers l’indépendance dans cet article dédié.

Et là, je vous vois venir avec vos remarques : c’est bien beau Anne, mais comment s’y prendre ? Comment as-tu fait ? Pas de panique, je vous donne quelques pistes :

Concilier expatriation et carrière du conjoint : mes 4 pistes pour amorcer votre projet nomade

1/ Identifiez votre expertise

Vous souhaitez devenir freelance, consultante indépendante, lancer votre propre business nomade. Mais les grandes questions qu’on se pose au début sont : quel métier choisir ? Dans quel domaine ? Comment trouver la bonne idée ?

Pour y répondre, je vous conseille d’identifier vos compétences transférables : quels sont vos domaines d’expertise, vos talents, vos passions ? C’est aussi le bon moment pour faire le point sur vos besoins, vos envies, vos valeurs. Répondez à cette question : qui êtes-vous ?

Attention aux pièges ! Par exemple, vous avez travaillé en tant que chef de projet, marketing manager, mais vous avez aussi une passion pour les livres et l’écriture et vous vous dites que vous pourriez tout combiner. Or, ne faites pas l’erreur de vouloir à tout prix tout faire. Vous risquez de vous éparpiller et de ne pas offrir un service clair à vos clients. Vous avez du temps pour mener à bien ce projet alors profitez-en, prenez le temps pour bien définir votre champ d’expertise. Il vaut mieux se spécialiser plutôt que d’avoir trop de casquettes. Ce sera bien mieux pour votre image d’expert.

Cependant, vous pouvez associer vos valeurs profondes et une compétence technique. Par exemple, si vous avez des compétences en écriture et que vous aimez la cuisine, vous avez la possibilité de devenir rédacteur web pour des grands restaurants. Vous pouvez aussi démarcher un pâtissier et lui proposer d’ouvrir un blog pour lui.

Une autre solution est de recontacter votre ancien employeur et lui proposer de continuer à travailler pour lui, mais en freelance.

Trouver la bonne idée de business n’est pas chose aisée, j’en conviens. Pour aller plus loin dans votre réflexion, je vous invite à lire mon article « 5 étapes pour trouver la bonne idée de business sur internet ».

2/ Bâtissez les fondations de votre activité indépendante

Beaucoup de personnes souhaiteraient créer une activité indépendante, mais n’arrivent pas à franchir le pas. L’ampleur de la tâche semble insurmontable et les peurs surgissent. La clé pour démarrer est tout simplement d’oser se lancer, d’avoir le bon état d’esprit et de surmonter ses appréhensions. Je vous donne ici quelques idées : Oser se lancer en freelance : 3 astuces pour conjoint expatrié.

Commencez par étudier votre marché, ses spécificités, votre persona (le portrait robot de votre client idéal). Fixez votre gamme tarifaire, vos prestations. Il est également nécessaire d’établir un plan d’action. Fixez-vous des objectifs à court terme, à moyen terme et à long terme. Avancez petit pas par petit pas. Pour vous aider dans cette étape, je vous invite à consulter mon article 5 conseils pour lancer son activité pendant l’expatriation. Vous y trouverez des astuces pour clarifier votre projet.

3/ Déterminez votre statut juridique

Pour certains, ce n’est qu’une formalité. Pourtant, le statut juridique est l’un des principaux freins pour les expatriés qui souhaitent travailler à leur compte. Quel statut choisir : société, freelance dans le pays d’accueil, micro-entreprise en France ? Il est vrai qu’on peut vite se sentir perdu…

Posez-vous les bonnes questions : souhaitez-vous vous implanter durablement dans votre pays de résidence ? Est-ce possible ? Souhaitez-vous être totalement autonome ? Est-ce que le rapport entre votre chiffre d’affaires et les coûts engendrés justifie la création d’une société ?

Pour y voir plus clair, j’ai écrit un article sur le sujet : Statut du freelance expatrié : lequel choisir ? J’y parle de toutes les options qui s’offrent à vous.

Avec Mrs Fanjat, j’ai créé une solution sur-mesure pour les conjoints expatriés : le portage international. Grâce au statut de salarié porté, vous avez la possibilité de devenir indépendant sans avoir à créer de structure juridique. Vous pouvez devenir consultant/freelance sous l’ombrelle de Mrs Fanjat, tout en restant totalement autonome et libre de développer votre activité. L’avantage est que vous n’avez pas de « paperasse » à gérer, ni de comptabilité à faire. Vous pouvez vous concentrer sur votre expertise. Pratique non ? Je suis persuadée que le portage salarial international est particulièrement adapté aux expatriés.

4/ Faites-vous accompagner

J’ai moi-même lancé ma propre activité nomade et s’il y a une chose que j’ai retenue, c’est qu’il ne faut pas rester seul. Parlez de votre projet à votre entourage, échangez avec des expatriés entrepreneurs, rejoignez des groupes de freelance qui sont dans la même situation que vous. Pourquoi rester seule alors que des communautés bienveillantes existent ? Rejoignez le groupe Facebook Expat Carrière Nomade que j’ai créé spécialement pour nous, pour vous.

Pour aller plus loin dans l’accompagnement des conjoints expatriés qui souhaitent devenir indépendants, j’ai créé un programme mentoring. Je partage avec vous mon expérience, mon vécu, mes astuces, mais aussi mes erreurs. Je vous guide pas à pas pour vous aider à construire votre projet. Je m’adapte à votre situation et à vos besoins, pour un service entièrement sur-mesure. Le mentorat est une forme d’accompagnement en plein essor qui selon moi représente de nombreux atouts pour les expats. Je vous en dit plus dans cet article : 5 bonnes raisons de faire appel à un mentor quand on veut se lancer à son compte à l’étranger.

Et si vous avez besoin de coups de boost, de stimulations ponctuels, abonnez-vous à ma page Facebook, mon compte Instagram ou ma page LinkedIn. Tous les mois, j’organise des ateliers live gratuits, sur des thèmes en lien avec l’entrepreneuriat en expatriation, le lancement de projets, ou encore le growth mindset. Un véritable lieu d’échanges pour vous aider à vous lancer !

Vous le voyez, même si le postulat de départ n’est pas évident, il est tout à fait possible de concilier expatriation et carrière du conjoint. L’entrepreneuriat est la solution ! Créez votre propre activité nomade pour profiter de votre vie à l’étranger, de votre famille, tout en vous épanouissant professionnellement. Pour en savoir plus sur Mrs Fanjat et mes différents modes d’accompagnement, contactez-moi ! Je me ferai un plaisir de discuter avec vous de votre projet et de la façon dont je peux vous aider.

Enfin, je termine avec cette citation d’Albert Schweitzer qui résonne fortement en moi : « Le succès n’est pas la clé du bonheur. Le bonheur est la clé du succès. Si vous aimez ce que vous faites, vous réussirez. »

[1] Retrouvez tous les résultats de l’enquête sur le site d’ExpatCommunication.

🔸 Devenez freelance ou entrepreneur pendant votre expatriation et lancez votre carrière nomade : découvrez mon accompagnement Mentoring.

🔸 Pour exercer votre activité indépendante depuis les quatre coins du monde, pensez au portage international.

🔸Rejoignez la communauté Facebook Expat Carrière Nomade : un groupe d’entraide et de partage, pour échanger sur votre projet nomade.