Comment s’expatrier quand on est freelance ?

Votre objectif est de vous expatrier en tant que freelance ? Vous rêvez de voir du pays, de partir à l’aventure tout en conservant votre statut de freelance. Devenir freelance expatriée, c’est possible.

L’expatriation et le freelancing sont vraiment compatibles. N’en doutez pas. Expatriée depuis 2017, je vous assure qu’il est possible de travailler tout en voyageant !

Avant de passer à l’action, vous avez certainement des millions de questions en tête. Comment choisir un pays. Comment continuer à exercer ? Etc.

Je vous partage mes 4 conseils les plus importants pour s’expatrier lorsqu’on est freelance. C’est parti !

Conseil #1 – Identifier les conditions d’expatriation pour devenir freelance expatriée

On ne s’expatrie pas du jour au lendemain sur un coup de tête. Cette décision d’expatriation doit être mûrement réfléchie. Pour cela, posez-vous les bonnes questions : souhaitez-vous partir seule ? En couple avec votre conjoint ? En famille avec vos enfants ? Qu’en est-il de votre déménagement ? Souhaitez-vous partir avec seulement une valise ou faire un déménagement ?

Pensez à établir un budget prévisionnel pour parfaire votre projet d’expatriation.

Réfléchir à ces conditions est la priorité, car la vie d’expat n’est pas toujours simple. Identifier les conditions d’expatriation permet d’analyser votre situation et de prendre les bonnes décisions.

Pour réussir votre expatriation, vous devez anticiper au maximum : organiser votre nouvelle vie, votre nouvel espace de travail, gérer la vie familiale et sociale, etc. Partir seule, en couple ou avec votre famille complète est un cheminement totalement différent.

En posant les bases de votre expatriation, vous actionnez le premier levier vers votre expatriation.

Conseil #2 – Devenir freelance expatrié : Choisir un pays d’accueil 

Où voulez-vous partir ? Dans quel pays ? Vers quelle destination ? Si vous n’avez pas d’obligation de destination par rapport au métier de votre conjoint, vous avez alors le choix du pays d’accueil.

Renseignez-vous sur :

  • Les conditions d’adhésion dans un nouveau pays (visa, permis de travail, etc.) ;
  • Le coût de la vie : le coût du logement, du transport, la nourriture, etc. ;
  • Si vous partez avec des enfants, faites le point sur les écoles sur place,
  • Qu’en est-il des conditions sanitaires ? Y’a-t-il des hôpitaux qui tiennent la route sur place ? Etc.
  • Et la situation politique ? Il ne faudrait pas aller dans un pays où un coup d’état est imminent, vous voyez ce que je veux dire ?

Vous ne vivrez pas de la même manière à Taïwan qu’en Espagne ou encore en République tchèque. Pensez à contacter des expatriés déjà installés, ils pourront ainsi vous donner un réel retour sur les conditions du pays.

Petit bonus :

Retrouvez des fiches par pays, la check-list de l’expatriation sur le site du ministère des Affaires étrangères

De plus, qu’en est-il de la langue ? Si l’anglais semble bien installé dans de nombreux pays, quelle langue devrez-vous apprendre pour vous immerger totalement dans la culture de votre pays d’accueil ? Est-ce que la barrière de la langue est un frein ? Pensez-y !

Pensez également à analyser le développement de la vie digitale du pays d’accueil. Est-ce que le pays possède un bon réseau internet ? Est-il possible d’acheter une sim card ? Ont-ils des espaces de co-working ? Etc.

Prenez en compte tous les critères. Certains pays sont plus adaptés pour la vie d’expatriés. Intéressez-vous à toutes les modalités pour ne pas avoir de mauvaises surprises à votre arrivée.

Pensez à contacter des expatriés déjà installés, ils pourront ainsi vous donner un réel retour sur les conditions du pays.

Pour moi, il n’y a pas eu de mauvaises destinations, j’ai toujours réussi à travailler et profiter de mon pays d’accueil même au Turkménistan 😜. Alors une fois sur place laissez-vous emporter par la magie du pays.

Conseil #3 – Préparer l’expatriation de son activité

Pour vous épanouir pleinement en tant que freelance expatrié, pensez à préparer votre projet professionnel. Quel métier souhaitez-vous faire ? Continuez-vous votre activité en cours ? Changez-vous de métier ? Réfléchissez-y avant de partir. En effet, sur place, vous devrez gérer votre installation, la mise en place de votre nouvelle maison, la continuité de votre activité, etc.

Pour exercer à l’étranger, sous quel statut allez-vous exercer ? La solution de portage salarial est totalement adaptée à votre situation. En effet, le portage salarial vous assure une réelle installation en tant que freelance expatrié.

Les avantages :

  • Délégation complète de la comptabilité ;
  • Liberté de gestion du portefeuille client ;
  • Pas de frais de création d’entreprise ;
  • Pas d’utilité à créer une structure localement.

Avec le portage salarial, vous pouvez vous concentrer à 100 % sur votre activité de freelance. C’est très confortable lorsqu’on est en phase d’installation. Vous allez pouvoir être totalement libre.

Conseil #4 – Établir un plan d’attaque : organisation, planification

Vous avez maintenant défini toutes vos conditions d’expatriation. D’ailleurs, vous avez certainement tout planifié pour conserver votre vie de freelance.

Maintenant, place au plan d’attaque. Pour rester efficace et réussir votre expatriation en tant que freelance, misez sur une stratégie gagnante qui vous correspond.

Organisez-vous avec des outils qui fonctionnent. Personnellement, j’utilise Trello qui m’autorise une liberté d’organisation personnalisée.

Trello est un outil de gestion de projet en ligne inspirée de la méthode Kanban. Avec Trello, j’organise toutes mes actions, mes tâches tant personnelles que professionnelles, et même mes relations clients. C’est mon indispensable business pour créer mon projet de freelance expatriée. Testez et appréciez.

Lorsqu’on est freelance expatriée, l’organisation est la clé de réussite. Pour cela, je vous conseille de planifier votre projet.

Cette planification se prépare en deux temps :

Avant le départ :

  • Priorité à vos clients. C’est grâce à vos contrats actuels que votre projet peut aussi se concrétiser. Alors chouchoutez-les. Restez concentré sur l’essentiel de votre activité. Vous n’avez pas de temps pour la prospection commerciale ? Ce n’est pas grave ! Chouchoutez vos clients actuels, les autres viendront.
  • Pensez à automatiser le maximum possible : utilisez les outils de publications automatiques pour planifier vos posts sur les réseaux sociaux.
  • Faites de l’ordre dans vos affaires, digitalisez au maximum. Fini les factures papiers, passez au 100% numérique.

Une fois installé :

  • Prenez le temps de définir vos objectifs de chiffres d’affaires pour cette année d’installation. Combien de nouveaux contrats avez-vous besoin cette année pour atteindre vos objectifs ?
  • Définissez votre planning de travail. Comment organisez-vous votre quotidien ? Combien d’heures par jour octroyez-vous à votre activité de freelance ? Quelle tâche allez-vous effectuer et à quel moment de la journée ? Soyez le plus structurée possible pour assurer un équilibre de vie professionnelle et personnelle.

Vous voilà prête à entamer une nouvelle vie de freelance expatriée. Avec toutes ces cartes en main, vous ne pouvez que réussir votre installation et votre projet professionnel. Néanmoins, n’oubliez pas également de penser à quelques détails qui ont toute leur importance : le statut juridique, le permis de travail, les visas, etc. On n’y pense pas forcément dès les premiers jets du projet, mais ils sont d’une importance capitale pour vous installer en tant qu’expatriée freelance.

Multi-expatriée depuis 2007, je connais très bien ce sentiment, ce besoin d’indépendance professionnelle des conjoints-expatriés. Contactez-moi pour une séance stratégique pour définir votre projet nomade.

🔸Rejoignez la communauté Expat Carrière Nomade : Une communauté d’entraide et de partage pour échanger sur votre projet nomade.

🔸 Devenez Freelance pendant votre expatriation et lancez votre carrière nomade, découvrez mon accompagnement Mentoring.

🔸 Vous souhaitez en savoir plus sur le portage international, contactez-moi.