Expat Carrière Nomade Interview – Lisa Cochet

Lisa Cochet travaille dans le marketing depuis plus de 15 ans quand elle décide de démissionner pour suivre son conjoint aux États-Unis pour leur première expatriation. Après l’installation de toute la famille elle décide de lancer sa propre activité. Elle propose ses compétences aux conjoints d’expatriés qui veulent développer leur activité en ligne. Elle nous partage dans cet interview pour Expat Carrière Nomade son parcours et son cheminement.

Bonne lecture.

L’expatriation, un projet de vie.

Bonjour ! Je suis Lisa Cochet, expatriée depuis 2017 à Philadelphie sur la côte est des Etats Unis. Avec mes deux enfants nous avons suivi mon mari qui a eu l’opportunité de partir pour son travail. J’étais depuis 10 ans dans une grosse entreprise de distribution dans le service marketing web. J’ai donc démissionné. Cette proposition à l’étranger est bien tombée car cela faisait longtemps que nous cherchions à repartir à l’étranger. Et puis c’était un peu la routine dans mon travail. Nous étions donc très motivés !
Je dis re-partir à l’étranger parce que nous avions attrapé le virus dès 1999. Mon mari est parti cette année-là faire un CSNE (coopération au service national en entreprise) dans le sud-ouest de l’Angleterre. J’ai ainsi démissionné de mon 1er boulot pour le suivre. Puis, à mon tour j’ai effectué un VIE à Bruxelles. Nous avons adoré ces années et souhaitions repartir avec des enfants… Un projet de vie en quelque sorte.

A Philadelphie nous devions initialement rester 3 ans. Ce sera finalement 4. Nos enfants sont partis à 8 et 10 ans sans parler anglais. Ils sont maintenant bilingues et je suis tellement fière de leur parcours. Cela n’a pas été facile tous les jours et ma grande fille est encore très attachée à ses amies françaises mais je suis tellement fière d’eux ! Leur bien-être est ce qui me stressait le plus dans cette aventure. On dit que les enfants sont des éponges pour apprendre. Je ne crois pas. Ce sont des éponges à émotions, oui. Mais il ne faut pas minimiser les efforts qu’ils ont à déployer pour s’intégrer.

L’expatriation, une aventure humaine.

J’ai toujours travaillé dans le marketing. Avant de partir j’étais depuis longtemps dans la même entreprise. Je n’ai pas beaucoup hésité à démissionner car l’aventure me tentait vraiment. J’avais d’ailleurs longtemps essayé – sans succès- de partir avec cette entreprise. C’était donc une opportunité unique. Nous avions le choix. Nous l’avons accepté.
Ce qui me posait question était plutôt le retour, les droits au chômage, etc… mais cela n’a jamais remis en question notre départ. Et puis le point principal de nos attentions était les enfants. Choix de l’école (ils sont dans le système américain), vie sur place, etc…
Mon mari étant dans une PME il n’y a pas de service pour les expats. D’ailleurs nous étions les premiers à partir. J’ai donc dû passer beaucoup de temps à tout organiser. Heureusement une famille française était déjà sur place et a été d’une aide très précieuse pour notre arrivée. J’ai à ce moment-là expérimenté pour la 1ere fois l’entraide entre expatriés. Et bien ce n’est pas une notion surfaite !

Un nouveau départ.

J’ai la chance d’avoir pu demander un visa de travail. Ce n’est pas le cas de tous les conjoints d’expat. La 1ere année sur place à été consacrée à l’installation, comprendre comment ça marche, être là pour les enfants, gérer la transition… Puis très vite j’ai eu envie de travailler mais pas envie de redevenir salariée 9h/18h… Surtout que les solutions de garde pour les enfants sont extrêmement chères ici. J’ai commencé à faire des remplacements d’instits à l’école française. J’en fais toujours d’ailleurs. Mais même si j’adore m’occuper des petits je ne voulais pas devenir instit. Monter mon activité a donc été la solution qui me paraissait convenir le mieux à ma situation (et mon envie !). Et puis, c’était le moment idéal : nouveau départ et peu de risques. Enfin j’avais envie de ne pas avoir à repartir de zéro quand nous quitterions les USA. Il me fallait un business nomade ! Je me suis fait coacher pour définir précisément ce que j’avais à offrir et me lancer. Meilleure décision de toute ma vie pro ! Faites vous coacher c’est tellement enrichissant personnellement et professionnellement ! J’ai donc osé franchir le pas fin 2019 et lancer Up You Go. J’accompagne les expat entrepreneurs francophones à développer et mettre en œuvre une stratégie marketing digitale. Je les aide à rendre leur business visible sur le web.

Il me fallait un business nomade.

J’ai choisi ce métier car j’ai besoin de contacts, j’adore faire de nouvelles rencontres à travers le monde. Et je voulais aider d’autres expats comme moi qui se lancent. Ce n’est déjà pas facile d’être à l’étranger en dehors de sa zone de confort, alors entreprendre en expat… ça mérite bien un coup de main, non ? Le marketing digital étant mon expertise je me suis orientée sur cette voie. Les conjoints d’expats cherchent souvent à se re inventer car ils ont lâché leur boulot pour partir. Ceux qui le peuvent (et le veulent) en profitent pour lancer leur business (bijoux, mindfulness, …). Les expats sont de bons entrepreneurs car ils n’ont pas peur de la nouveauté et savent oser. Généralement ils démarrent en vendant à leur cercle proche. Puis très vite ils veulent s’étendre et vendre sur internet. Mais ils ne savent pas comment faire. Leur expertise c’est leur métier. Ils ont un savoir faire mais ne savent pas le faire savoir. C’est là que j’interviens. Je ne fais pas à leur place mais je leur montre comment faire. Une fois qu’ils ont les clés et le chemin ils avancent très bien !

Un business nomade pour être libre.

Les avantages sont clairement de faire les choses comme on a envie de les faire, sur le planning qu’on a décidé, avec les objectifs qu’on s’est fixés. La liberté donc. Et je peux être là pour les enfants : caler un rendez-vous d’orthodontiste à 14h, aller voir le match de basket à 17h ou aider pour les devoirs. Autre avantage que j’ai déjà mentionné : transporter son activité avec soi si on est amené à bouger.
Dans les difficultés je dirai trouver la motivation soit même et ne pas se décourager. Il ne faut pas être trop impatient (et moi je le suis !). Mettre en place des choses, semer des graines… cela semble parfois long alors il mieux vaut ne pas se décourager.
Il faut aussi être très organisé pour gérer perso et pro en même temps. Les enfants ne comprennent pas toujours que si maman est à son bureau elle n’est pas dispo (même pour signer le test de math !). C’est toute la famille qui pivote autour de ma nouvelle activité.
Et enfin dernière difficulté : savoir garder du temps pour soi. Ne pas se laisser happer par la ToDo list !

Les 3 astuces de Lisa pour lancer votre activité pendant votre expatriation :

1- Faites vous coacher. Comme dit le proverbe : tout seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin !
2- L’organisation du temps est clé. Gardez notamment du temps pour vous car prendre soin de vous vous permettra d’être bien pour prendre soin des autres et de vos clients !
3- Suivez votre instinct, n’écoutez pas forcement les autres.

Lisa Cochet – Experte en webmarketing auprès des entrepreneurs expatriés.

Son site internet : https://upyougoconsulting.com

Sa page Facebook : https://www.facebook.com/UpYouGoConsulting/

Le portrait de Lisa vous donne envie de vous lancer à votre tour ?

Mrs Fanjat, c’est aussi un accompagnement personnalisé pour vous aider à monter votre projet nomade. Je vous épaule dans l’élaboration de votre business plan et nous mettrons en place une feuille de route.

Prenez rendez-vous pour échanger sur votre projet nomade.