Expatriation : la Check-list pour bien préparer son départ

Déménager à l’étranger n’est pas une mince affaire. Que ce soit pour une première expatriation, ou pour enchaîner d’un pays à un autre, tout départ à l’étranger implique de nombreuses démarches. Les formalités administratives sont importantes, mais il est également essentiel de penser aux étapes psychologiques de ce grand changement. Je suis multi-expatriée depuis 2007 et j’ai à mon actif six déménagements internationaux. Alors croyez-moi, je sais ce que c’est ! Je partage avec vous ma check-list expatriation, constituée au fil de mes années d’expérience. Une première liste dans cet article pour bien appréhender le déménagement en famille. Et une deuxième liste en format PDF, à télécharger en bas de cet article, avec les formalités à accomplir. Ce sont les listes et conseils que j’aurais bien aimé avoir sous la main lors de mon premier départ. J’espère qu’ils vous seront utiles !

Bien se renseigner en amont sur le pays d’expatriation

La première chose à faire, avant même de signer un contrat de travail à l’étranger, est de bien se renseigner sur le pays d’expatriation, même si vous y avez déjà séjourné en vacances. Car visiter un pays en touriste et y vivre, ce n’est pas la même chose. Avant de valider votre projet, il est important que vous ayez toutes les cartes en main.

Check-list expatriation : les éléments essentiels à vérifier

Pour ma part, voici les points que j’examine systématiquement :

  1. Le coût de la vie : logement, nourriture, produits de première nécessité, véhicules, essence, etc. 
  2. Les établissements scolaires : est-ce qu’il y a une école française ou une école internationale et est-il facile d’y avoir des places ?
  3. L’accès aux soins et la qualité des hôpitaux : en cas d’accident ou de maladie, serons-nous bien pris en charge ?
  4. La sécurité : est-il possible de circuler librement et de façon sûre, de jour comme de nuit ?
  5. La pollution de l’air : c’est malheureusement fréquent en Asie et un excès de pollution peut rendre la vie quotidienne compliquée, surtout avec des enfants.
  6. La qualité du réseau internet : pour pouvoir travailler en ligne et rester en contact avec nos proches.
  7. Le marché du travail local : avant d’être à mon compte, je vérifiais toujours les possibilités d’emploi pour moi, conjoint d’expatrié (visa, accès à l’emploi, etc.).

Utiliser Internet, les réseaux et les associations d’expatriés

Je vous conseille de parcourir le web pour glaner des informations sur la vie locale. Regardez des documentaires, lisez des articles, plongez-vous dans les blogs de familles expatriées.

La FIAFE est un réseau d’accueil des francophones dans de nombreux pays du monde. Contactez-les, les membres sont souvent de bon conseil.

Les réseaux sociaux sont également un bon outil pour obtenir des données essentielles. Rejoignez des groupes Facebook de parents expatriés, comme Expat Parents, et des groupes de francophones locaux. Vous pourrez entrer en contact direct avec des familles qui vivent déjà dans le pays, ou qui y ont vécu, et obtenir des informations pratiques comme :

  • les quartiers à privilégier pour bien choisir le logement ;
  • le niveau des écoles et l’ambiance dans les établissements scolaires ;
  • les possibilités pour le conjoint suiveur d’accéder au marché du travail local ;
  • les crèches et systèmes de garde d’enfants avant la scolarisation ;
  • la qualité de vie sur place, l’adaptation ;
  • etc.

Et surtout projetez-vous ! Imaginez-vous vivre dans le pays. La culture, la langue, le patrimoine, les paysages vous attirent-ils ? Êtes-vous plutôt aventurier ou explorateur prudent ? Certains pays sont plus faciles que d’autres, le choc culturel est souvent plus fort en Afrique ou en Asie. 

Il ne faut surtout pas hésiter à entrer en contact avec des familles expatriées sur place et leur demander leur ressenti : comment se sentent-elles dans le pays ? Comment s’est passée l’adaptation ?  La communauté expat est bienveillante et vous obtiendrez des réponses amicales et honnêtes. Certains pays ne font pas rêver, mais en fin de compte, il s’avère que ce sont souvent de très belles expatriations. Le plus important, c’est l’humain.

Anecdote : quand mon conjoint m’a annoncé notre départ pour le Turkménistan, je peux vous assurer que je t’étais bien perplexe. La première question que je me suis posée a été : « mais c’est où le Turkménistan ? » Ensuite, j’ai contacté des expatriés sur place et ils m’ont rassurée sur les conditions de vie. Je garde un très bon souvenir de cette expatriation.

Check-list expatriation

Impliquer vos enfants dans la préparation à l’expatriation

Parler du déménagement

Déménager dans un autre pays est un bouleversement pour tous les membres de la famille. Il est important que tous soient bien préparés. Une fois le projet d’expatriation validé, parlez-en à vos enfants. Expliquez-leur simplement et clairement que vous allez partir vivre ailleurs, que vous allez déménager. Ils ont besoin de temps pour intégrer et digérer l’information.

Détaillez les conséquences : changement de logement, changement d’école, changement de copains. Insistez sur les points positifs, comme la découverte d’un nouvel endroit, d’une autre langue, la rencontre de nouvelles personnes, les voyages à venir, etc.

Rassurez-les : vous reviendrez régulièrement dans votre pays d’origine pour rendre visite à la famille et aux amis. Ces derniers pourront aussi venir vous voir chez vous. Vous resterez en contact régulier avec tous vos proches.

Précisez ce qui ne changera pas : vos enfants pourront emporter leurs jouets, leurs livres, leurs doudous, leur lit. Et surtout, dites-leur bien que vous serez toujours là, avec eux, que c’est une belle aventure que vous allez vivre en famille.

Pas besoin d’en parler pendant des heures. Au début, ils ne vont peut-être pas être réceptifs. Tout dépend de l’âge des enfants. Mais essayez d’en discuter de temps en temps, pour qu’ils cheminent tranquillement vers l’idée du déménagement. Soyez disponible et réceptif. Pour vous aider dans cette étape, je vous recommande le livre « I am a citizen of the world » de Florence Chabert d’Hières et l’épisode de podcast Expats en Herbe. 

Se projeter en famille

Pour que tous aient une idée à peu près précise de votre future vie, je vous conseille de faire des recherches :

  • Où se trouve le pays ? Repérez-le ensemble sur un globe ou un planisphère.
  • À quoi est-ce qu’il ressemble ? Visionnez des photos et des reportages.
  • Quelle langue parle-t-on là-bas ? Écoutez en live une personne parler.
  • Quelles sont les spécialités culinaires ? Allez au restaurant ou cuisinez ensemble un plat typique.
  • Comment est l’école ? Allez sur le site internet de l’établissement et sur Google Earth pour faire un premier repérage.
  • Etc.

Il existe aussi des livres pour enfants sur le déménagement et/ou l’expatriation, et peut-être même sur votre pays de destination. C’est un bon moyen pour se projeter.

Faites de cette préparation en famille un moment de complicité, une opportunité de resserrer les liens.

Appréhender le départ en expatriation de façon zen

Souvent, la plupart des démarches reposent sur les épaules du conjoint « suiveur », qui dans 90 % des cas est une femme. C’est peut-être votre cas ? Je visualise très bien votre état d’esprit : vous êtes très excitée à l’idée de cette nouvelle aventure, et en même temps, vous avez peur et vous vous posez de nombreuses questions. Est-ce une bonne idée ? Avons-nous raison d’imposer un tel changement à nos enfants ? Et si on ne s’habitue pas à notre nouvelle vie ? À cela s’ajoute le stress de votre to do list interminable et l’appréhension de quitter votre vie et de dire au revoir à vos proches. Vous faites tout pour être à la hauteur et donner le bon exemple à votre famille. 

Allez, on souffle un bon coup ! Dites-vous que vous n’êtes pas la seule, nous sommes des centaines chaque années à changer de pays. Ces sentiments sont naturels, je les ai vécus… Mais ne vous mettez pas la pression ! Vous n’êtes pas infaillible et vous avez le droit d’avoir des doutes et des craintes. 

Vous ne pourrez pas tout préparer à la perfection, il est impossible de tout contrôler, vous n’êtes pas Wonder Woman. Il y a des points prioritaires sur lesquels vous pouvez vous donner à fond. Pour le reste, acceptez les aléas et lâchez prise. L’expatriation est aussi faite d’imprévus et c’est ce qui fait son charme ! Et pour vous aider dans votre organisation et votre rétro-planning, utilisez ma check-list des formalités administratives. C’est un outil informatif, à adapter à vos besoins et à votre situation. 

Prenez du recul et restez zen : si vos enfants vous sentent tendue, vous allez leur transmettre votre nervosité et votre départ ne sera pas serein. Ne culpabilisez pas ! Même si tout cela fait peur, l’expatriation est une formidable expérience à vivre en famille. Les enfants s’adaptent bien plus facilement qu’on ne le croit. Ils sont surprenants !

Check-list expatriation : prendre le temps de bien dire au revoir

On est parfois tellement obnubilé par le départ qu’on en oublie une phase essentielle : dire au revoir. Il ne faut pas la bâcler ! Il s’agit de dire au revoir aux personnes, mais aussi à votre ancienne vie.

Préparez à l’avance une liste de toutes les choses que vous aimeriez faire avant de partir, une « bucket list ». Cela peut être des lieux à visiter, des personnes à voir, un petit week-end en famille dans un lieu qui vous est cher, des activités ou excursions, etc.

Organisez une fête de départ, une « farewell », pour vous, mais aussi pour vos enfants. Cela permet de dire au revoir à la famille et aux amis, mais aussi de concrétiser psychologiquement votre changement de vie : on tourne la page. C’est un moment parfois bien difficile, aussi bien pour ceux qui partent que pour ceux qui restent. Souvent, pour ceux qui restent, c’est même plus difficile. C’est d’ailleurs mon cas, cette année et je prépare la farewell d’une amie qui m’est très chère…

Une fois toutes ces formalités et démarches accomplies, vous voilà fin prêt à vous lancer dans la grande aventure de l’expatriation ! Installez-vous et profitez de votre nouvelle vie. Explorez le pays, visitez la ville et les alentours, découvrez votre nouvel environnement. Évadez-vous ! J’adore ce moment où l’on s’installe, on se familiarise avec les lieux et les coutumes, on prend ses marques. Toute la famille est excitée, curieuse et enthousiaste. Savourez ces instants, ils sont précieux ! Et pour en savoir plus, je vous invite à lire mes 5 conseils pour réussir son expatriation.

Puis, lorsque toute la famille est bien installée et que vous arrivez enfin à dégager du temps pour vous, soufflez un grand coup. Profitez de cet instant pour faire le point, pour identifier vos besoins et vos envies. Que souhaitez-vous ? Si vous lisez cette page, c’est que nous devons certainement avoir les mêmes valeurs et besoins. L’expatriation, vous l’avez compris, est un mode de vie que j’adore. J’aime cette chance d’avoir plusieurs vies en une. Mais je suis une femme exigeante : j’aime ma vie de conjoint expatrié, mais il est inconcevable pour moi de ne pas travailler. Ma solution pour concilier vie professionnelle et vie personnelle est de créer sa propre activité nomade…..

Si vous, conjoint d’expatrié, vous ressentez le besoin de prendre un tournant dans votre carrière, de créer votre propre activité, venez frapper à ma porte ! L’expatriation est le moment idéal pour repenser sa vie professionnelle. Depuis 2017, j’accompagne les conjoints d’expatriés qui souhaitent lancer leur business nomade. Avec mon service de portage salarial international et mon programme de mentoring, je vous donne les clés pour vous lancer dans l’entrepreneuriat en expatriation. Pour en savoir plus, contactez-moi !

Téléchargez ici ma check-list des formalités administratives, pour un départ en expatriation zen.