Du salariat à l’entrepreneuriat ǀ Mon déclic vers l’indépendance

Après dix ans d’expatriation dans trois pays différents, à chercher un emploi puis à démissionner à chaque déménagement, j’en ai eu assez, j’ai dit stop ! Pourquoi ce ras le bol après tant d’années ? Qu’est ce qui m’a poussée à quitter le salariat pour devenir entrepreneure ? Quel a été mon cheminement ? Je vous raconte tout dans cet article, sans censure, sans fard. Je partage avec vous mes états d’âmes, mes blocages et mes astuces pour avancer sur la voie de l’entrepreneuriat. Car mon histoire n’est pas exceptionnelle. Il y a tellement de conjoints d’expatriés qui ont été ou qui sont dans la même situation ! J’espère que mon témoignage vous aidera à avoir votre propre déclic vers l’indépendance.

L’essoufflement de ma carrière de salariée multi-expatriée

Le déménagement de trop

Quand nous étions expatriés à Hong Kong, j’ai décidé une fois de plus de démissionner pour suivre mon conjoint. Mais cette fois-ci, la décision a été très difficile à prendre. Mon patron m’avait proposé une promotion : le poste de Général Manager à Shanghai. Hélas, j’ai dû refuser cette proposition afin de suivre mon mari, qui avait une offre au Qatar. Il aurait pu démissionner à son tour, mais mon contrat ne me permettait pas de prendre cette responsabilité. Avec deux enfants en bas-âge, j’ai préféré choisir la raison. Mais c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase !

Nous avons donc déménagé au Qatar. Après avoir pris le temps nécessaire pour organiser la maison et l’école des enfants, j’ai entamé les démarches pour trouver un travail. Mais cette fois-ci, je ne trouvais plus la motivation, plus l’enthousiasme que j’avais auparavant. Nos six premiers mois au Qatar ont été longs et pénibles, car je ne savais plus comment avancer. Je ne savais plus ce dont j’avais envie ou besoin. Une chose était cependant claire : je ne peux pas rester à la maison sans travailler !

Le déclic vers une carrière nomade

J’ai commencé à ressortir, à faire du networking. Lors d’une soirée, j’ai rencontré un groupe de bénévoles, le DFPN Doha French Speaking Network. J’ai rapidement adhéré à leur club et je suis aussi devenue bénévole. Nous organisions des réunions, des ateliers, des soirées pour aider les francophones au Qatar à trouver du travail et à développer leur réseau professionnel. Lors des premières réunions, je me suis vite aperçue qu’il y avait un décalage entre les personnes en recherche d’emploi et ma propre situation. Ils étaient motivés pour intégrer une société, ils cherchaient à tout prix un emploi salarié !

Un emploi salarié ? Et là, ça a été le déclic. Je me suis rendu compte que non, je n’avais plus envie de m’investir dans une entreprise et que non, je n’avais plus envie du « super poste » sur le papier. J’ai réalisé que je ne voulais plus être obligée de tout arrêter du jour au lendemain. Je n’avais plus la force ni l’envie de tout refaire, encore et encore.

C’est apparu comme une évidence : je devais faire autrement et créer MON activité indépendante nomade. Mon objectif : pouvoir travailler dans n’importe quel pays et être maître de ma vie, être libre de choisir. Bref, être mon propre patron. J’ai donc fait le grand saut, j’ai créé ma carrière nomade. Ce n’était pas un choix simple, il a fallu renoncer à mes vieilles habitudes du « corporate world » et assumer ce choix.

Quitter le salariat pour devenir entrepreneure : comment prendre la décision ?

Lorsque je me retourne sur cette période cruciale et délicate de ma vie, je me rends compte qu’il y a eu plusieurs facteurs qui m’ont aidée à me lancer. C’est surtout un cheminement personnel vers la prise de décision. Basées sur mon expérience personnelle, je vous propose quelques astuces qui pourraient vous aider à suivre ce chemin. Mais attention, je ne détiens pas de formule magique. Ce sont juste des conseils et des idées. Si d’ailleurs vous connaissez une formule magique, je suis preneuse ! 😉

Astuce #1 – Faites le point sur vos envie, vos priorités

Pendant mes dix premières années de carrière à l’international, j’ai toujours tout fait vite, vite. Vite, vite, j’installe la famille. Vite, vite, je cherche un travail. Vite, vite, je choisis un poste à responsabilités. Tout était déjà prédéfini. Mais je me suis rendu compte que je n’avais jamais pris le temps de me poser les bonnes questions. Est-ce vraiment ce à quoi j’aspire ? Suis-je satisfaite de cette situation ? Suis-je tout simplement heureuse ?

C’est certainement dû à nos multiples expatriations, à nos changements de vie, ou à mon âge et mes dix années d’expérience professionnelle, mais quand je suis arrivée dans mon 4ème pays d’accueil, plus rien n’était si évident. Pour la première fois, je ne savais plus ! En regardant mon CV, ces « beaux postes » sur le papier, je me suis dit : « Et alors ? Je vais continuer ainsi encore pendant combien de temps ? »

prendre la décision de se lancer dans l'entrepreneuriat : prendre une photo de l'instant présent

J’ai alors commencé à prendre du temps pour étudier mon parcours et analyser mes envies. J’ai fait le bilan de ma vie professionnelle et de ma vie personnelle. Et j’ai pris une photo de l’instant présent.

J’ai utilisé la bonne vieille technique de la « check-list ». Dans une colonne j’énumère les points négatifs et dans l’autre, les points positifs. Cela permet de mettre à plat ses motivations, ses objectifs, ses envies, ses priorités. Et à ce moment précis de ma vie, j’avais besoin de retrouver un équilibre de vie, de pouvoir allier ma vie professionnelle et ma vie personnelle.

Astuce #2 – Ouvrez-vous aux autres

Que ce soit avec votre famille, vos amis, sur des groupes Facebook ou lors d’une soirée networking, n’hésitez pas à partager vos problématiques, vos besoins. Vous allez vite vous rendre compte qu’on est plusieurs à penser la même chose et à vivre la même situation.

Il m’est arrivé de rencontrer des mamans qui culpabilisaient, car elles laissaient leurs enfants à la crèche pour pouvoir travailler. J’ai rencontré aussi beaucoup de multi-expat qui, tout comme moi, en avaient ras le bol d’avoir un CV en dents de scie.

Partager, échanger et discuter de vos doutes, vos besoins, vos envies avec les autres vous permettra de faire le point. Ils vous aideront à prendre la bonne décision. Il est toujours réconfortant de rencontrer des gens qui sont dans la même situation que la sienne. Parfois, il suffit juste d’une personne pour donner ce petit coup de boost dont vous avez besoin pour vous lancer.

Pour ma part, je réfléchissais depuis un moment à mon projet de portage salarial destiné aux conjoints expatriés. Mais c’est lors d’une soirée networking que j’en ai réellement parlé pour la première fois. L’animatrice de la soirée, une multi-expat comme moi, avait lancé sa carrière nomade et elle a tout de suite adhéré au projet. C’était assez stressant et bizarre d’en parler à une inconnue. Et le plus drôle, c’est qu’elle m’a donné « la permission » de faire le grand saut. Je dis la permission, car elle a senti que j’avais besoin de l’entendre, d’entendre de la part de quelqu’un de neutre que « oui, je peux le faire ».

quitter le salariat pour devenir indépendant : ouvrez-vous aux autres

Astuce #3 – Prenez votre temps

On entend souvent les gens dire « mais je n’ai pas le temps, je ne peux pas ». Or, on prend rarement du temps pour soi, pour s’arrêter et regarder autour de soi.

Je vous conseille de prendre votre temps pour lire, pour explorer, pour faire des rencontres et par la même occasion vous redécouvrir. C’est ainsi que j’ai découvert les blogs. Et oui, avant je ne lisais jamais de blog, JAMAIS ! Je suis alors devenue accro à mon smartphone, j’avoue. Car je passe un temps fou à lire, aussi bien des succès story d’expat que des vies d’expatriés en détresse. J’ai aussi découvert les podcasts. J’en écoute dès que je le peux : en cuisinant, dans ma voiture, sous ma douche !

Mes podcasts favoris ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

J’ai pris le temps nécessaire pour parvenir à la phase de décision. On s’inflige une pression énorme, alors que pourtant personne ne nous pousse à prendre de décisions rapidement. Alors, accordez-vous du temps, à quoi bon se précipiter ?

Astuce #4 – Écoutez-vous

La première intuition est souvent la bonne. Alors suivez votre cœur, votre instinct, écoutez-vous. Au fond de moi, j’ai toujours eu l’envie de me lancer dans l’entrepreneuriat, mais je n’avais jamais vraiment osé. Mon projet vient du cœur, car il répond à une problématique que j’ai moi-même vécue.

Le plus important reste de savoir se faire plaisir dans ce que l’on fait. Ainsi, vous y trouverez votre équilibre de vie ! Ajoutez un peu de légèreté dans vos prises de décision, cela rendra votre quotidien bien meilleur.

Je vous recommande de tenir un carnet de bord. N’hésitez pas à y mettre à plat vos idées et vos envies du moment. Il vous permettra de suivre votre projet d’un autre regard. Suivez vos aspirations pour vivre la vie que vous souhaitez. Apprenez à être à l’écoute de vous-même.

Astuce #5 – Osez faire le grand saut !

C’est un peu comme faire un saut à l’élastique : cela peut faire extrêmement peur. Pourtant, combien de fois l’avons-nous déjà fait ? Rien qu’en choisissant de vivre à l’étranger, nous avons osé des choses nouvelles, nous nous sommes lancées à la découverte de l’inconnu.

Personnellement, j’ai toujours eu cette envie de me lancer dans l’entrepreneuriat, de travailler à mon compte, mais je me suis toujours laissée porter par la vie. Face à la prise de décision, passer à l’action n’a pas été un exercice facile.

Je travaillais sur mon projet depuis plusieurs mois, certaines personnes étaient au courant, mais je n’arrivais pas à faire mon « coming-out », le vrai lancement. C’est-à-dire, accepter de laisser mon projet prendre son envol. Je le gardais précieusement pour moi, au chaud. Mon projet de Mrs Fanjat représente tellement plus qu’une société de services ! Il parle de mon histoire, de ma vie. Et oser faire le grand saut n’était pas une chose si simple, il a fallu s’exposer aux autres.

Du salariat vers l'entrepreneuriat : osez faire le grand saut

Grâce aux personnes bienveillantes qui m’entourent, j’ai compris qu’il fallait appréhender les choses différemment. J’ai appris à être bienveillante avec moi-même, à me rappeler pourquoi je créais Mrs Fanjat.

Oser se lancer, c’est sortir de sa zone de confort, prendre des risques. Mais c’est avant tout une décision qui vous appartient. Ne laissez personne vous mettre la pression, c’est votre propre décision. Avoir le choix est quand même un luxe appréciable. Alors osez, faites-vous confiance, soyez maître de votre vie !

Mrs Fanjat, c’est la solution pour les conjoints d’expatriés qui souhaitent poursuivre leur carrière professionnelle à l’étranger :

🔸 Devenez freelance pendant votre expatriation et lancez votre carrière nomade : découvrez mon accompagnement Mentoring.

🔸 Vous souhaitez en savoir plus sur le portage international ? Retrouvez plus d’infos ici.

🔸Rejoignez la communauté Facebook Expat Carrière Nomade : un groupe d’entraide et de partage pour échanger sur votre projet nomade.