Devenir webdesigner en expatriation : le pari gagné d’Amélie

Amélie est une « serial expat » depuis son enfance. Elle voit l’expatriation comme une chance et une source d’inspiration. Après avoir monté une entreprise de négoce de meubles en France, son départ à l’étranger avec son mari compromet son activité professionnelle. Elle saisit cette opportunité pour se reconvertir et devient webdesigner en expatriation. Cela fait plusieurs années qu’elle exerce son activité nomade avec succès. Je vous propose aujourd’hui le témoignage d’une conjoint expatriée enthousiaste. Attention, il déborde d’optimisme et ça pourrait bien être contagieux !

Expatriée dès l’âge de 5 ans

Je m’appelle Amélie, j’ai passé quasiment la moitié de ma vie en expatriation. Lorsque j’avais 5 ans, mes parents ont déménagé à Hong-Kong, puis en Thaïlande et retour à Hong-Kong. Ce sont des années qui m’ont marquée et qui façonnent encore ma vie.

De retour en France en 1989, j’ai continué ma scolarité et fait une école de commerce internationale. J’ai ensuite travaillé dans des services de marketing et achats, orientés vers l’international. Mais le travail de salarié ne me convenait pas. J’ai su très tôt que je voulais entreprendre. Quoi et comment ? Je ne le savais pas encore. Mais l’envie était là.

Au bout de dix ans de salariat, j’ai décidé de me lancer et j’ai monté une entreprise de négoce de meubles chinois. Je partais chiner des meubles dans les campagnes, ils étaient ensuite restaurés et expédiés en France. C’est à partir de là que j’ai commencé à m’initier à la communication et au web.

Mon activité me plaisait, elle me donnait satisfaction au niveau des résultats. Mais en 2007, mon mari m’apprend que sa demande de mobilité a été acceptée. Nous partons au Caire. S’ensuivent plusieurs expatriations, en Martinique, puis au Panama. Depuis 2020, nous habitons aux Pays-Bas.

Le bouleversement professionnel du départ en expat

Avant notre départ au Caire, je décide de revendre mon entreprise. Je n’étais pas persuadée que la vente de meubles chinois en Égypte serait très opportune…

J’arrive donc au Caire en 2007 sans aucun contact, avec juste l’envie de découvrir ce pays que je ne connais pas et ouverte à toutes autres opportunités professionnelles. Pour cela, je m’inscris à Le Caire Accueil, association très active qui propose des visites, des cours, des activités en tous genres. Cela me permet de rencontrer des francophones sur place.

Je découvre au cours de ces rencontres une autre association de femmes entrepreneures francophones. Elles se réunissent régulièrement autour de thématiques de discussion et de présentations. J’y adhère aussitôt. C’est ainsi que je fais la connaissance de nombreuses femmes entrepreneures. Certaines profitent du savoir-faire des artisans égyptiens. D’autres proposent leurs services : coach, psychologue, orthophoniste… Services toujours très recherchés par la communauté française dans les pays étrangers.

Webdesigner en expatriation : la reconversion

Je me lance ensuite dans divers projets et décide parallèlement de me former au web, univers découvert il y a quelques années. Par chance, un centre agréé Adobe se trouve au Caire. Je souscris à trois modules : Photoshop, Dreamweaver et Flash, les outils indispensables à l’époque pour la création de sites internet. C’est le début de ma nouvelle carrière de webdesigner.

Je profite ensuite de notre expatriation en Martinique pour approfondir mes connaissances vers des modules plus spécifiques : html, CSS, web marchand… et c’est aussi là que je découvre WordPress.

La création de sites web me passionne. C’est une activité qui allie ma formation et mes expériences d’origine : le marketing, mon goût pour la couleur, le design et la technique.

Les avantages d’une carrière nomade

Je ne vois que des avantages. C’est désormais une activité qui me permet de bouger en toute liberté, au gré des opportunités professionnelles de mon conjoint. Je n’ai plus besoin d’abandonner mon emploi à chaque déménagement.

Aussi, je suis libre de prendre mes propres décisions. Je peux consacrer du temps aux clients avec lesquels je travaille. Mon activité n’est plus uniquement centrée sur la rentabilité, mais autour de la qualité et du relationnel. Ce sont des aspects indispensables à mon épanouissement.

Ce travail a du sens pour moi. Je l’ai vraiment choisi et je suis ravie de pouvoir travailler avec des femmes qui me ressemblent. Créer avec elles leur principal outil de communication et de promotion est très enthousiasmant. Chaque projet est une vraie rencontre, un partage enrichissant.

L’expatriation convient-elle à tous ?

L’expatriation est un mode de vie qui me convient parfaitement car c’est un modèle que je connais bien. C’est quelque chose que je recherche. Mais je reconnais que c’est un état d’esprit.

Beaucoup de conjoints suiveurs adhèrent et en sont satisfaits. Mais pour certains, ces départs sont difficiles à gérer, pour autant de raisons valables. D’autant plus que beaucoup de femmes ne se sentent pas l’âme entrepreneure. Elles ne l’ont jamais envisagé et ne se sentent pas de travailler « seules ». D’autres encore n’ont pas envie de s’investir dans le bénévolat. Encore une fois, il faut avoir la fibre.

À « mon époque » et lors de mes différentes expatriations, le salariat était difficilement envisageable. C’était le cas en Égypte. En Martinique encore plus, où la préférence locale était clairement donnée. Pareil au Panama où le visa de travail était très cher. Sans compter que la langue peut aussi être un handicap.

Comment lancer une activité freelance en expatriation ?

Faire le point sur sa vie professionnelle

Quelle chance de pouvoir se poser et de réfléchir à l’évolution de sa carrière ! Avec nos vies de citadins dans de grandes villes, nous prenons parfois tellement peu de temps pour savoir ce que l’on aimerait réellement. Faire un point sur notre carrière et sur son évolution est aussi un moment privilégié pour envisager une reconversion vers une activité qui aurait plus de sens. L’expatriation offre cette possibilité.

Suivre des formations depuis l’étranger

La formation est vraiment une belle opportunité, surtout à l’heure actuelle avec toutes les offres de formations en ligne. La plateforme Udemy propose tellement de modules, LinkedIn également. On trouve aussi des formations de qualité auprès des universités et bien sûr de tous les professionnels qui partagent leurs savoirs et expériences.

Se servir de ses compétences pour faire des missions freelances

Des missions d’expertise sont aussi des possibilités intéressantes. Beaucoup de femmes ultra qualifiées avec déjà une belle carrière professionnelle arrivent à l’étranger. Pas besoin de se reconvertir, elles peuvent mettre à profit leurs expériences auprès d’entreprises françaises ou locales, sous forme de missions freelances.

Au cours de mes années d’expatriation, j’ai rencontré de très nombreuses femmes qui ont opté pour cette formule. Elle représente de gros avantages : être active tout en étant plus libre. Aussi, les entreprises sur place profitent de profils qu’elles ne pourraient pas recruter par manque de moyens et de besoins sur le long terme.

Mes conseils pour réussir son expatriation et sa carrière à l’étranger

  1. Des opportunités, il y en a finalement beaucoup, même si vous ne les identifiez pas immédiatement. Arrivez sans préjugés, sans attentes trop fortes non plus.
  2. Ne prenez pas toutes les informations glanées avant votre arrivée pour argent comptant. Les perceptions des uns et des autres sont très différentes. Nos expériences, nos attentes, nos configurations familiales ne sont pas les mêmes. Chacun à son vécu.
  3. Soyez patient : laissez-vous du temps pour observer, écouter et découvrir. Vous risqueriez d’être surpris et de vous surprendre vous-même. Je vous le souhaite !

Retrouvez Amélie sur son site internet Amélie crée mon site web, mais aussi sur Facebook, LinkedIn et Instagram.

Vous êtes conjoint expatrié et vous en avez assez de quitter votre activité professionnelle à chaque déménagement international ? Alors, l’entrepreneuriat est peut-être fait pour vous. Pour le déterminer, je vous invite à parcourir mon site web. Vous y trouverez des ressources et informations sur la carrière nomade du conjoint expat. Et si vous avez besoin d’aide pour lancer votre activité freelance, n’hésitez pas à me contacter. Je suis mentor et j’accompagne les expats sur la voie de l’entrepreneuriat.

🔸 Devenez Freelance pendant votre expatriation et lancez votre carrière nomade : découvrez mon accompagnement Mentoring.

🔸 Pour exercer votre activité indépendante depuis les quatre coins du monde, pensez au portage international.

🔸Rejoignez la communauté Facebook Expat Carrière Nomade : une groupe d’entraide et de partage, pour échanger sur votre projet nomade.